Comment impliquer les communautés locales dans la gestion des ressources marines.

Antananarivo, le 16 mai 2018: Etant habitué à collaborer avec les communautés locales dans l’échange d’informations dans les villes côtières de Madagascar, le CFIM insiste sur leur implication dans la mise en oeuvre des programmes de développement dès leur stade de conception. 

Le projet “Élargir et consolider le Réseau des Aires marines protégées de Madagascar” est un projet issu du programme du WWF intitulé “Gestion durable des ressources marines de Madagascar” en partenariat avec la Banque Mondiale. Planifié dès le mois de septembre 2016 et lancé en mars 2017, ce projet est conçu pour “soutenir une gestion efficace de la Biodiversité marine et de sa productivité au travers d’un réseau d’aires marines protégées durable et résilient”. Il vise ainsi à appuyer le Gouvernement Malagasy à assurer la conservation efficace de la biodiversité marine caractéristique de l’île en tirant des bénéfices économiques et sociaux durables de l’exploitation des pêcheries clés aux niveaux local et national. Arrivé au stade de sa finalisation, un “Atelier de Validation Nationale GEF6 MPA” a été organisé par le Ministère de l’Environnement, de l’Ecologie et des Forêts, qui en est l’Agence principale de mise en oeuvre (AME), ce mercredi 16 mai à l’Hotel Colbert Antaninarenina. Le document et la gouvernance du projet y ont été présentés pour être débattus et solliciter une nouvelle fois l’avis de toutes les parties prenantes, ainsi que les partenaires éventuels.

Le Directeur Général du CFIM a saisi l’opportunité de sa participation à l’atelier pour plaider en faveur du développement local en passant par l’implication des communautés locales. En effet, l’expérience du CFIM montre que la gestion des ressources marines et surtout de la pêche fonctionne mieux lorsque leur collaboration est sollicitée dès le stade de conception du projet, surtout dans les pays en développement comme Madagascar. En ayant recours aux réseaux d’informateurs à travers les LMMA (Locally Managed Marine Areas) ou zone marines gérées localement du réseau MIHARI surtout, le CFIM a réalisé que les communautés locales sont les plus aptes à exprimer les réels problèmes à gérer en matière de dégradation des ressources marines, surtout en tant que principaux usagers. 

 

 

Henintsoa Rakotonirina Administrator
Sorry! The Author has not filled his profile.
×
Henintsoa Rakotonirina Administrator
Sorry! The Author has not filled his profile.
Latest Posts

Articles recommandés