OCEAN INDIEN- Les trajectoires des cyclones dans l’océan indien sud-ouest (28.02.20218)

OCEAN INDIEN- Les trajectoires des cyclones dans l’océan indien sud-ouest (28.02.20218)

Source Presse : http://www.cycloneoi.com/archives-blog/cyclone/les-trajectoires-des-cyclones-dans-l-ocean-indien-sud-ouest.html

Il existe plusieurs variétés de trajectoire suivies par les cyclones. La plus connue est la trajectoire de type parabolique, celle qui peut être la plus menaçante pour les Mascareignes. La zonale, est le type de trajectoire généralement situé en début et en fin de saison, celle que redoute le plus Madagascar.

Un peu d’histoire

Les études les plus anciennes concernant la trajectoire des cyclones dans l’océan indien sud-ouest remontent au milieu du 19e siècle. L’important trafic maritime entre le Cap (Afrique du sud) et l’Inde ou l’Indonésie, nécessitait de la part des navigateurs une certaine connaissance de ces phénomènes, véritable fléau pour les navires. Ainsi, on a longtemps cru que la trajectoire de ces météores se bornait à de simples et régulières paraboles.

A cette époque, pas de satellite pour observer les cyclones. Seule l’observation des navires permettaient de localiser et réaliser une carte de trajectoire du système. Ces observations étant peu nombreuses, les météorologues de l’époque n’avaient d’autres choix que de relier les rares positions reçues, selon des courbes parfaites et rectilignes. BRIDET (1869) énonçait ainsi une loi, qui voulait que tous les cyclones suivaient une trajectoire d’ouest sud-ouest ou sud-ouest avant une descente sud au niveau des 20e et 25e latitude, pour finir sur un déplacement est sud-est.

La réalité est beaucoup plus complexe, et l’amélioration des moyens d’observations, grâce à l’apport des satellites, va permettre de distinguer plusieurs variétés de mouvement.

Zonale, trajectoire de début et fin de saison

Le premier type de trajectoire dominant est celle dite zonale. Ce mouvement qui est généralement observé en début et en fin de saison, se caractérise par un déplacement approximativement rectiligne, d’est en ouest surfant sur quasiment la même latitude. Durant cette période, les systèmes sont généralement de faible intensité tandis que la dorsale subtropicale est bien présente, impulsant ce type de trajectoire. Bien entendu, des déplacements zonaux peuvent être observés également en milieu de saison.

Ce type de trajectoire peut être menaçante pour Madagascar. L’île étant comparable à une barrière à l’extrémité occidentale du bassin sud-ouest, les systèmes suivant ce type de déplacement finissent souvent par atterrir sur les côtes orientales de la Grande Île. Dans certains cas, le phénomène peut poursuivre sa route jusqu’au Mozambique comme la fait le cyclone ELINE.

Classique comme parabolique

La fameuse parabolique est sans doute le type de trajectoire le plus connu. Plus commune du cœur de saison, cette trajectoire se caractérise généralement par un déplacement à trois mouvement. En début de parcours le système se déplace sur un cap ouest sud-ouest ou sud-ouest, suivi d’un recourbement sud, et enfin, de l’est sud-est aux latitudes extra-tropicales en fin de vie. C’est ce type de trajectoire qui est généralement le plus menaçant pour l’archipel des Mascareignes.

Méridien, erratique, inversé…

La variété de trajectoire ne se limite pas au zonale et à la parabolique. Une autre catégorie de déplacement appelée méridien, est également observé généralement durant le cœur de saison. Sa caractéristique est une descente sud, tout au long de la vie du phénomène. Dans la catégorie des erratiques, on retrouve les météores ayant eu des trajectoires chaotiques, faites d’allers-retours, de boucles, certaines décrivant des mouvements semblables à des montagnes russes

 

Laisser un commentaire